A seulement un mois du départ de la course mythique de la Martinique, un nouveau programme vient d’être annoncé. Controversé car évitant totalement la côte Atlantique, il est une conséquence directe de la présence des algues sargasses sur la côte ouest de l’Île aux fleurs.

Image par Yole365

La côte Caraïbes à l’honneur dans ce tour des Yoles 2018

  • Etape  1 – Dimanche 29 juillet – Schoelcher • Le Prêcheur
  • Etape 2 – Lundi 30 juillet – Le Prêcheur • Saint-Pierre • Le Carbet • Le Prêcheur
  • Etape 3 – Mardi 31 juillet – Le Prêcheur • Schoelcher
  • Etape 4 – Mercredi 1 aout – Schoelcher • Les Anses d’Arlet
  • Etape 5 – Jeudi 2 aout – Les Anses d’Arlet • Le Marin
  • Etape 6 – Vendredi 3 aout – Le Marin • Les Anses d’Arlet
  • Etape 7 – Samedi 4 aout – Les Anses d’Arlet • Fort-de-France
  • Etape 8 – Dimanche 5 aout – Fort-de-France • Fort-de-France

Un nouveau programme controversé

Les nombreux commentaires sur les réseaux sociaux laissent oindre la controverse. En effet, en 2018, il n’y a aura pas de tour à proprement parlé de la Martinique, puisque toutes les étapes se tiendrons du coté Caraïbes. L’occasion de rappeler cette réalité : les algues sargasses, venant de l’océan Atlantique, arrivent principalement sur la côte Atlantique de l’Île. 
Car selon les mots d’Alain Dédé, président de la fédération des Yoles Rondes, c’est bien à cause de la présence de l’algue sur les étapes que celles-ci ont étés modifiées.  La principale raison invoquée étant la sécurité notamment des bateaux suiveurs. En effet, l’algue peut empêcher les moteurs de fonctionner, de nombreuses pannes pourraient ainsi être à déplorer, et sa présence freinerait la possible intervention des secours. 
Quand  à savoir pour quelles raisons cette décision a été si tardive, à seulement un mois du coup du coup d’envoi des première bordées des yoles, certains laissent entendre, qu’était attendue la réalisation de la promesse faite par Monsieur Hulot, lors de son passage en Martinique en juin 2018. Le ministre de la transition écologique avait alors promis de débarrasser les sargasses sous 48h. “L’urgence est d’organiser le ramassage en moins de 48 heures quand les algues s’échouent sur nos côtes”  avait-il déclaré en Guadeloupe
Malheureusement, cela ne saurait suffire, plus que les algues échoués ce sont les bans de sargasses naviguant parfois très loin des cotes qui sont mis en avant par l’organisation comme source d’inquiétude. 

Pas de prologue ?

Le prologue qui devait se tenir le 28 juillet n’aura pas lieu.Il semblerait que l’intérêt ce prologue soit discuté depuis de nombreuses années. Certains se félicitent donc de sa suppression. 

En cause, le coût d’accueil d’un tel événement pour les municipalités. En effet, selon la Fédération des Yoles Rondes, lors d’une réponse sur Facebook, “la ville de Schoelcher qui nous reçoit au dernier moment n’a pas le personnel pour préparer et accueillir la population durant la journée du 28 juillet“.

Alors que l’on imagine l’intérêt que les municipalités peuvent avoir à recevoir en leurs sein des étapes de cette manifestation la question des couts n’est jamais à négliger et reste assez nébuleuse pour le contribuable…